Un (petit) manteau pour l’hiver…

Voici bientôt 600 ans que la forteresse de Poilvache a été abandonnée, dépassée par l’évolution des techniques militaires et l’évolution de la géo-politique européenne du 15e siècle… A l’issue du siège victorieux mené par le Prince-Evêque de Liège, Jean de Heinsberg,  en juillet 1430, ses murailles furent en partie démantelées par les liégeois et, en 1554, les troupes françaises achevèrent le travail de démolition initié un siècle auparavant…  Depuis ces événements tragiques, seuls les fantômes de Jean l’Aveugle et des premiers prévôts de Poilvache peuplent encore les nuits du promontoire qui domine la Meuse…

Et, on le sait bien, les fantômes ne sont pas les restaurateurs les plus efficaces de sites anciens… C’est dire si, depuis des décennies, les restes des antiques murailles souffrent des hivers rudes, de la pluie, du gel et du vent qui ici « épile les vaches »… La direction de l’archéologie de la Région wallonne (DGO 4 du service public de Wallonie) est évidemment bien consciente du problème et a planifié la réalisation des « fiches sanitaires » de Poilvache, véritable bilan de santé des ruines, préalable indispensable à la réalisation de travaux de restauration respectueux de l’histoire et des techniques anciennes de construction.

En attendant, voici encore un hiver qui s’annonce aux grilles de Poilvache…  La situation des murailles séparant le chemin de défilement (seule voie d’accès à la forteresse) du château est particulièrement inquiétante.  Chaque année, de nouveaux dégâts étaient constatés sur cette partie des ruines située à un endroit particulièrement stratégique.  Avec la Maison du Patrimoine Médiévale Mosan, notre ASBL a particulièrement insisté pour que des mesures de sauvegarde minimales soient prises sur ce secteur.  Depuis ce mardi 10 décembre, c’est chose faite.  Une équipe mandatée par la MPMM et par la DGO 4 vient en effet de placer le secteur le plus fragile sous la protection d’une forte bâche qui, espérons-le, limitera ici les effets délétères conjugués de l’eau et du gel.  Merci en tout cas à tous ceux qui ont permis la mise en place de cette protection hivernale indispensable !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A propos PE

Conseiller communal et membre de plusieurs commissions et associations locales travaillant sur l'aménagement du territoire. Animateur du groupe Sentiers d'Yvoir, acteur du Plan Communal de Développement de la Nature. Attentif à la défense des patrimoines de la haute-Meuse...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.