Des signes mystérieux autour de la forteresse…

A l'entrée de Poilvache...

A l’entrée de Poilvache…

L’utilisateur régulier du chemin de Poilvache, du vallon Colebert ou encore du vallon du cimetière, n’aura pas manqué de remarquer les nouveaux pictogrammes qui, tels que perce-neige, ont fleuri aux alentours de Poilvache en cette fin d’hiver 2013.  Une floraison qui mérite un petit mot d’explication… En 2011, la commune d’Yvoir avait rentré sa candidature et avait été retenue comme commune-pilote dans le cadre d’un appel à projets lancé par la Région Wallonne en vue d’établir, grâce aux sentiers et chemins vicinaux anciens, un réseau communal de mobilité douce (à pied, à vélo ou à cheval) à l’intérieur et entre les villages de l’entité.  Ce projet a été piloté par l’ASBL Sentiers.be et a été fortement soutenu par le groupe Sentiers d’Yvoir et par la Commune d’Yvoir.

Après un travail intensif d’inventaire quantitatif et qualitatif des sentiers et chemins de l’entité, des itinéraires de liaison ont donc été retenus, après concertation avec les habitants.  Ces itinéraires bénéficient d’un balisage d’un type nouveau (voir ci-dessus).  Une première vague d’itinéraires ont été balisés en ce début 2013, grâce à l’excellent travail des ouvriers communaux d’Yvoir.  Nos administrateurs ont eu à coeur de défendre l’intégration de Poilvache dans ce réseau et ce même si notre site constitue par définition un cul-de-sac en terme de mobilité.  Désormais, des itinéraires fléchés permettent de rejoindre à pied Yvoir-Gare, Houx et Evrehailles à Poilvache.  Bien sûr, ces itinéraires empruntent parfois des tronçons de voies macadamisées mais qui présentent néanmoins un niveau de sécurité raisonnable pour les usagers les plus faibles.  Nous espérons bien sûr que cette nouvelle mise en valeur du site nous amènera amples provisions de nouveaux visiteurs…

A propos PE

Conseiller communal et membre de plusieurs commissions et associations locales travaillant sur l'aménagement du territoire. Animateur du groupe Sentiers d'Yvoir, acteur du Plan Communal de Développement de la Nature. Attentif à la défense des patrimoines de la haute-Meuse...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.